Une journaliste tuée par les services secrets turcs ?

545e9fe350d1dSeranaShimok

Le 26 octobre, la journaliste libano-américaine Serena Shim décède lorsque sa voiture percute un poids lourd dans une autoroute tout près de la frontière turco-syrienne. Les premiers indices semblent indiquer qu’il s’agit d’un banal accident. Mais sa mère et son employeur ne cessent d’affirmer que l’accident est suspect. Cette jeune femme enquêtait sur les liens entre les combattants de l’Etat islamique et le gouvernement turc.

« Je pense que ma fille a risqué sa vie pour rendre compte de la vérité« . C’est ce que Judy Poe, la mère de la journaliste, a confié ce vendredi à la chaîne américaine Fox News.  » Ma fille a été victime d’un acte criminel », a-t-elle ajouté.

Quelques jours avant son décès, Serena Shim avait dit à sa mère « qu’elle craignait pour sa vie ». Elle avait été menacée par les autorités turques pour sa couverture du siège de Kobané, cette « ville martyre » de la frontière turco-syrienne. « Je suis inquiète car, comme vous le savez, la Turquie est considérée par Reporters sans frontières comme la plus grande prison pour journaliste au monde », avait-elle déclaré lors de son dernier reportage sur sa chaîne.

La mère de Serena Shim a fait de son compte Twitter une tribune pour demander que justice soit faite.

Une journaliste devenue trop bavarde ? 

Accusée d’espionnage, par les autorités locales, la journaliste aguerrie aurait été victime d’une opération secrète orchestrée par la CIA et les services secrets turcs. La raison ? Elle détenait des images montrant l’aide des autorités turques aux djihadistes de l’Etat islamique. Selon ses informations, les combattants de l’EI faisaient des aller-retour entre la Syrie et la Turquie, cachés à bord de véhicules transportant de l’aide humanitaire.

Si celles-ci étaient confirmées, elles pourraient coûter très cher au gouvernement d’Erdogan. Son ambiguïté face à la menace de l’Etat islamique a été pointée du doigt à plusieurs reprises, notamment lors du siège de Kobané, où l’armée turque a empêché que l’aide humanitaire soit acheminée jusqu’à cette ville assiégée par l’Etat islamique et symbole de la cause kurde.

Pour l’employeur de Serena Shim, Press TV, il suffit de voir les photos de l’accident pour se rendre compte qu’il s’agit d’une mise en scène. Le poids lourd que le véhicule de la journaliste a percuté était le seul sur la voie à rouler à contre-sens. De leur côté, certains médias turcs affirment que la cousine de Serena Shim, qui conduisait le véhicule mais en est sortie indemne, est la seule responsable de l’accident. Le conducteur du camion a été blanchi.

« Il faut savoir ce qui s’est passé »

« Nous pensons que le gouvernement turc doit être tenu responsable devant la communauté internationale. Il faut savoir exactement ce qui s’est passé », s’indigne Hamid Reza Emadi, le directeur de la chaîne iranienne.  Avis partagé par Judy Poe : « Je veux savoir ce qui est arrivé à ma fille. Je veux au moins que le gouvernement iranien, propriétaire de la chaîne Press TV et le gouvernement des Etats-Unis enquêtent sur l’affaire ». Les autorités américaines ont affirmé à Fox News qu’une enquête sur le sol turc n’était pas à l’ordre du jour.

Vous aussi demandez aux autorités américaines et aux médias d’enquêter sur le meurtre supposé de la courageuse journaliste américaine Serena Shim

Crédits photo/captures d’écran

Florencia Valdés Andino (@FlorenciaValdAn)

Source: http://www.itele.fr/monde/video/une-journaliste-tuee-par-les-services-secrets-turcs-99811

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s