Nouvelle loi en Israël : peine minimale de trois ans ferme contre les lanceurs de pierres

5638bae8628a2Ramallah9octobreAuda

Le parlement israélien a approuvé dans la nuit de lundi à mardi une loi durcissant les sanctions à l’encontre des lanceurs de pierres. La peine minimale sera désormais de trois ans de prison ferme.

Les sanctions se durcissent. Le Parlement israélien a voté dans la nuit de lundi à mardi une loi imposant une peine minimale de trois ans de prison ferme contre les lanceurs de pierres, indique le site de la Knesset.

Cette loi soutenue par le gouvernement de Benjamin Netanyahu et votée par 51 voix contre 17 intervient alors qu’Israël, la Cisjordanie occupée et Jérusalem sont en proie à une vague de violences depuis le 1er octobre.

L’expression d’une colère

Des Palestiniens expriment leur colère notamment par des jets de pierres sur les forces israéliennes lors de manifestations et sur des civils israéliens circulant en voiture sur les routes de Cisjordanie occupée et de Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem annexée et occupée par Israël.

La loi dispose que les juges ne pourront pas assortir la peine plancher de sursis, « sauf dans des conditions spéciales » qui ne sont pas précisées par ce texte. La loi gèle en outre les aides sociales attribuées aux parents de mineurs condamnés pour « délits de sécurité, jets de pierres commis pour des motivations nationalistes ou dans le cadre d’activités terroristes ». Les aides seront gelées pendant la durée de la détention.

De l’huile sur le feu

Le rapporteur de la loi, le député Nissan Slomiansky, membre du parti nationaliste religieux « Foyer juif », a affirmé lors des débats qu’une peine minimale constituait « une mesure nécessaire pour dissuader les lanceurs de pierres ». « Les jets de pierre constituent des tentatives de meurtre », a-t-il affirmé. Jamal Zahalka, député d’opposition de la Liste unifiée, qui regroupe différentes formations d’Arabes israéliens, a pour sa part dénoncé le caractère dangereux de cette loi qui « ne fera que mettre de l’huile sur le feu ».

En septembre, Benjamin Netanyahu avait dit « déclarer la guerre » aux lanceurs de pierres après la mort d’un Israélien de 65 ans qui s’était tué en perdant le contrôle de son véhicule attaqué à coups de pierres par des Palestiniens à Jérusalem-Est.

Article rédigé par la rédaction web d’iTELE (avec AFP) / Photo : Affrontements entre adolescents palestiniens et forces israéliennes le 9 octobre à Ramallah (Guillaume Auda)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s