Kateb Yacine : « Grâce à la langue française j’ai été pris d’une espèce de passion de la poésie »

Dans l’émission « Images et visages du théâtre d’aujourd’hui », Moussa Abadi avait invité en 1967, le metteur en scène Jean-Marie Serreau et l’écrivain algérien Kateb Yacine pour un entretien croisé.

Kateb Yacine en 1956 via Wikimedia Commons
Kateb Yacine en 1956 via Wikimedia Commons

Kateb Yacine est un des grands écrivains de la fin de l’époque coloniale, issu d’une famille cultivée, il est né à Constantine. Il participe à 16 ans aux manifestations anticolonialistes de mai 1945 qui furent réprimées de façon sanglante, et qui lui valurent deux mois de prison. Plutôt que d’aller au lycée, il lit Baudelaire et Lautréamont, et publie ses premiers poèmes. En 1947 il s’installe à Paris, commence le journalisme, entre Alger et la France. Il fut reconnu rapidement comme un grand écrivain, auteur d’une oeuvre de poète, de romancier, d’essayiste. Il rencontre Jean-Marie Serreau en 1954. La revue Esprit publia Le cadavre encerclé que Serreau mit en scène. Cette pièce, véritable cri du peuple algérien, fut, à l’époque, interdite en France.

En 1967, Moussa Abadi invita les deux amis dans l’émission « Images et visages du théâtre d’aujourd’hui », l’occasion d’entendre la justesse de la vision de Kateb Yacine qui craignait déjà à l’époque que la culture ne devienne un jour un pur objet de consommation. Kateb Yacine évoquait sa passion pour la langue française, la naissance de sa vocation de poète et la découverte des idées révolutionnaires :

Quand je me suis mis à apprendre le français j’ai été pris d’une espèce de passion de la langue et de la poésie, très jeune à partir de 8 ou 9 ans. J’ai eu la chance d’avoir une institutrice qui m’a poussé dans cette voie ainsi que mon père. […] La poésie est une espèce de solitude, quand je suis devenu collégien c’était beaucoup plus dur, parce que là les camarades se moquaient du poète qui s’enfermait pour écrire des vers, et qui n’était pas comme les autres. Il y a eu pour moi un vide, une solitude, jusqu’au moment où j’ai découvert les idées révolutionnaires.

Production : Moussa Abadi
Images et visages du théâtre d’aujourd’hui
1ère diffusion : 22/02/1967
Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
Archive INA-Radio France
Intervenants
Kateb Yacine : Auteur
Jean-Marie Serreau : Comédien metteur en scène (1915-1973)

Ecoutez l’émission ici: https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/kateb-yacine-grace-la-langue-francaise-jai-ete-pris-dune

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s