Les limites de la planète. Entretien avec Dominique Bourg

À un moment de bascule dans la prise de conscience écologique, il est essentiel d’adopter un objectif qui permette une variété de trajectoires. Cela implique de s’appuyer sur les sciences du climat, aussi bien naturelles que sociales, représentées par une Chambre du futur.

Sommes-nous à un moment de bascule de la transition écologique, avec un sentiment d’urgence plus présent, des enjeux écologiques mieux débattus et relayés, mais aussi de nombreux conflits ?

La « transition » et ce pourquoi on la conduit sont deux choses différentes. L’expression de « transition écologique » est déjà usée et elle est devenue une auberge espagnole, comme « développement durable », alors même qu’elle s’était imposée pour mettre fin aux ambiguïtés du développement durable. La transition est victime de son succès : elle finit par renvoyer à l’économie verte, avec une approche assez technocratique. Dans la sphère des politiques publiques, on parle de « transition énergétique » avec l’idée implicite que cette approche permettra de garder le même modèle de société. Cet espoir est bien entendu vain, car les conditions qui permettraient de garder le même modèle économique et social n’existent pas. C’est donc une forme d’esquive, une manière de ne pas penser un projet de société, voire de refuser de le penser.

De façon générale, les élites sont contre l’idée de changer de modèle, avec deux types d’attitude : l’aménagement du même modèle, comme le prône Emmanuel Macron, ou une vision cynique comme celle de Donald Trump, une casse sociale et environnementale au nom de la jouissance immédiate du petit nombre. Et je partage l’affirmation de Bruno Latour selon laquelle certaines élites agissent comme si la planète était trop petite pour que tout le monde y ait sa place1. Il n’est en aucun cas question d’un changement de modèle. Or il faut en passer forcément par un tel changement.

Cela dit, si je reviens à ce pourquoi il y a transition, nous nous situons bien à un moment de bascule. Tant que les choses n’étaient pas sensibles, accessibles aux sens, il était impossible de rallier la population. Cette dernière a été formée, mise en forme, par les Trente Glorieuses et reste soumise aux mêmes attentes, bien qu’elle n’y croie plus vraiment – nous observons cela, sur le plan sociologique, avec le début d’un mouvement de dé-consommation. Nous restons dans un référentiel selon lequel la croissance du produit intérieur brut (Pib) permet la création d’emplois, qui permet à son tour la réduction des inégalités et l’augmentation du bien-être, alors même que nous savons pertinemment que cela ne marche plus. Pour le bien-être, cela ne marche plus depuis quarante ans, pour l’emploi cela ne marche plus depuis vingt ans, pour les inégalités cela ne marche plus depuis une dizaine d’années2. Ce modèle ne marche plus, mais on y reste accroché. Les difficultés à engager vraiment la transition écologique relèvent de questions d’inertie mentale et de représentations.

Il devient difficile de nier la réalité. Le cyclone Ophelia est remonté jusqu’en Angleterre et en Irlande, mais aucune simulation numérique complète du phénomène n’a pu être présentée : celles fournies s’arrêtent brutalement, car aucun modèle météorologique n’a été défini en incluant l’hypothèse d’un cyclone situé à une pareille latitude dans l’hémisphère nord ! On connaît un problème analogue avec la fréquence de cyclones portant désormais des rafales de vent excédant les trois cent quarante kilomètres/heure, d’où des réflexions sur la création d’une sixième catégorie de typhons. Les gens commencent à voir que des phénomènes qui n’avaient jamais eu lieu se produisent, alors que le discours scientifique et écologique abstrait qui parlait de parties par million (ppm) et de températures moyennes ne leur disait rien et était même contre-productif.

Par ailleurs, nous savons aujourd’hui que la consommation n’apporte pas le bonheur et que le degré de satisfaction diminue à compter d’un certain seuil. J’ajouterai à cela le mirage du transhumanisme, dont le discours caricatural sur l’immortalité rencontre pourtant un grand succès et permet à certains de gagner beaucoup d’argent. Dire aux gens qu’ils pourront vivre des milliers d’années alors que l’on connaît un problème de surpopulation est grossier et d’un narcissisme extrême. Plus largement, je crois qu’un changement profond se manifeste ; non seulement nous touchons et ressentons le danger, mais nous constatons que les représentations qui allaient avec le monde d’avant commencent à se fragiliser. Le seul moyen de les maintenir est d’essayer d’en faire des hyperboles, comme le transhumanisme, qui propose une super- modernité pour compenser l’affaiblissement de la croyance en la modernité. Cela marche aux États-Unis, mais je ne pense pas que le Français moyen y adhère.

Nous sommes dans une conjoncture particulière. Pour la première fois, nous pouvons changer les choses. La difficulté est que la bascule va vers le chaos et non vers la reconstruction. J’en suis conscient et inquiet. Il est difficile d’avoir un discours rassurant aujourd’hui. C’est la difficulté même de la passe historique dans laquelle nous sommes. Le projet moderne dans son ensemble ne tient plus, celui de Hobbes, de Locke, de cette philosophie contractualiste pour laquelle la seule chose à faire pour chacun est d’accumuler des richesses. Ce programme ne s’est réalisé que durant les Trente Glorieuses, et pour une toute petite partie de la Terre. Il est aujourd’hui difficile à soutenir, à moins de faire croire que l’on ira sur Mars, ce qui est tout aussi ridicule que le transhumanisme.

Le constat des difficultés est très fort. Il nous manque le versant positif, un récit qui suscite le désir de changer. Nous nous inquiétons, mais nous ne sommes pas encore capables de faire désirer quelque chose. C’est un défi.

L’écologie recouvre un foisonnement d’idées, une diversité de projets et différents niveaux d’échelle d’action (local, national, européen, mondial). Un projet commun est-il possible ou faut-il plutôt évoquer des projets qui iraient vers des objectifs communs ?

Des objectifs communs très fermes visant à inverser les tendances qui rendent la planète inhabitable existent déjà. Ils font le socle de l’accord de la Cop21 (Conférence des parties à Paris en décembre 2015). En revanche, il faut que ces objectifs soient mis en œuvre en organisant la cohérence de l’ensemble des politiques publiques. Il n’y a, par exemple, rien dans l’accord de Paris sur la régulation du commerce du pétrole, pourtant essentiel. La vérité est que l’accord de Paris – non contraignant, il convient de le rappeler – est contradictoire dans ses objectifs avec tout le reste de la gouvernance internationale. Toutefois, c’est bien à cette échelle globale que les questions se posent. C’est pourquoi j’ai proposé, avec Christian Arnsperger, un objectif à cette même échelle qui puisse se décliner à des échelles nationales : le retour à une empreinte écologique d’une planète3. En revanche, le concept de « limites planétaires », élaboré par Johan Rockström et Will Steffen4, comporte l’idée que l’on ne pourra pas revenir dans l’espace de sécurité des sociétés, celui de l’holocène, et qu’il restera dans cent mille ans 7 % du surplus de carbone que l’on aura émis aux xxe et xxie siècles. Mais on ne peut pas assigner un objectif à cent mille ans à une politique publique. Parler de limites planétaires permet seulement d’inverser les tendances, pas d’atteindre l’objectif. L’indicateur d’empreinte écologique, en revanche, identifie un objectif atteignable avec, chaque année, une date à laquelle on peut marquer une régression ou une progression.

Notre hypothèse est qu’il existe de nombreux moyens d’atteindre cet objectif, et il est important qu’il y ait des trajectoires diverses dans une société, là où le néolibéralisme crée une sorte de fantasme de réduction de toute la société à la seule économie, qui plus est comprise de façon unilatérale. Le seul moyen d’assurer une cohérence de toutes les politiques publiques est d’avoir un objectif mesurable, qui autorise des expérimentations sur les moyens de l’atteindre. Il n’est pas impossible que l’on ait, après plusieurs années, des entreprises hautement capitalistiques qui produisent des objets indispensables pour toutes les trajectoires et, par ailleurs, une économie solidaire et environnementale qui se soit développée, une économie expérimentale de personnes qui veulent à la fois changer de modes de vie et de modes de production – c’est déjà le cas de certains éco-villages – et, au bout du compte, une économie diversifiée, en partie relocalisée, dans laquelle on obligerait les industriels à substituer aux matières premières des matières recyclées ou « bio-sourcées ».

En France, les écologistes prennent-ils la question de l’État et du patriotisme au sérieux ?

Le patriotisme est un véritable ressort qu’il ne faut pas négliger. Une leçon du libéralisme est que les hommes sont ce qu’ils sont et fonctionnent avec certains ressorts, notamment l’émulation qui consiste à tirer tout le monde vers la même cible, et qui n’est pas la compétitivité – cette dernière est une mise à mort. La France a longtemps été perçue comme étant en retard dans le domaine de l’environnement, mais c’est faux. Une ville comme Paris s’est beaucoup investie en faveur de l’économie circulaire ; de nombreuses collectivités territoriales mettent en œuvre des projets extraordinaires. C’est au niveau national que cela pèche. Nicolas Hulot cherche à faire beaucoup mieux et nous sommes là pour soutenir et ainsi lui permettre d’aller plus loin. La France a des avantages énormes : un esprit frondeur aimant bien remettre en cause les évidences, un esprit désordonné et inventif, autant de qualités pour atteindre un objectif de ce type-là. La France est un pays qui a de nombreux atouts et le French bashing est insupportable ; elle a beaucoup plus de ressources que bien d’autres pays qui sont assis sur une espèce de gloire bouffie. Mais nous avons une revanche à prendre dans l’histoire, parce qu’il est vrai que nous n’avons pas été brillants dans les dernières décennies.

Il y a des signaux positifs. Côté suisse, une votation a eu lieu en 2016 pour introduire un nouvel article dans la Constitution, qui l’engageait à revenir en 2050 à une empreinte écologique d’une planète – au lieu de trois actuellement – au prorata de sa population. Les citoyens suisses ont voté contre à 63 %, ce qui veut dire que plus d’un tiers des votants était pour, ce qui est énorme. À Genève, à Lausanne et à Zürich, c’était plus de 50 % pour ! Par ailleurs, il n’y a pas de contrôle public des dépenses de campagne en Suisse et des milliardaires pourrissent les votations. Cela rend le résultat acquis en faveur de l’article, en dépit d’une campagne massive contre lui, d’autant plus remarquable. Il s’agissait évidemment de décroissance des flux de matières et d’énergie, mais plus précisément d’un choix entre une décroissance dans la violence et une décroissance organisée d’une manière intelligente et juste, sans que ce soient toujours les mêmes qui y gagnent, qui vous fassent, vous, décroître, et qui eux continuent à croître. C’est d’ailleurs exactement ce qui est en train de se passer, comme l’a montré le dernier rapport d’Oxfam5. Il est tout à fait encourageant qu’une partie de la population soit capable d’entendre ce message.

Avec la Cop21, nous nous trouvons dans une situation extrêmement ambivalente : tout le monde a souscrit à un accord, l’Europe est incapable de réguler son marché carbone, et des mastodontes démographiques, comme la Chine ou l’Inde, vont vraisemblablement dépasser les objectifs – dans le bon sens ! – qu’ils s’étaient fixés il y a deux ans seulement, avant la Cop21. D’un côté, une grande partie du chemin (isolation du bâti, ressources des sols, développement des énergies renouvelables, changement des modes alimentaires) est à portée de main et il est difficile de comprendre les raisons pour lesquelles nous n’avançons pas plus vite. De l’autre côté, compte tenu des infrastructures existantes (par exemple le bâti, les milliers de centrales thermiques, le parc automobile, les engagements déjà pris en matière de consommation de fossiles, etc.), de la croissance démographique à venir et de la croissance tout court, il n’est pas plus difficile de mesurer la difficulté à diviser très rapidement par deux, voire par trois, les émissions mondiales. L’étude, publiée cet été, selon laquelle l’objectif de réduction de la température globale ne sera pas atteint est malheureusement réaliste6. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas faire le maximum d’efforts pour s’éloigner le moins possible des 2 °C. Les États-Unis, quant à eux, sont prisonniers d’une élite cynique qui veut faire crever les autres, qui n’a aucun scrupule à produire des récits pour convaincre son public que ce qu’elle leur impose est génial. Donald Trump ruine la santé et l’environnement des 35 % des électeurs qui le soutiennent ; sans Fox News, sans mensonges à satiété, cela ne marcherait pas.

Quelles sont les conséquences des enjeux écologiques sur le rôle des experts scientifiques ?

Il n’est plus possible de tenir la position d’André Gorz dans son papier, au demeurant magnifique, de 1992 sur l’expertocratie7. Il distinguait une écologie anglo-saxonne qui prenait très au sérieux les indicateurs scientifiques et une écologie qu’il qualifiait de « politique », plus ancienne, fondée sur le monde vécu. Les dégradations de l’industrie n’étaient, selon lui, que le contrecoup du gigantisme industriel, et l’ennemi n’était pas ces dégradations, mais ce gigantisme, qui enserre les gens dans un réseau abstrait et les met à distance d’eux-mêmes ; il fallait au contraire retrouver le monde vécu. L’expertise était mise à distance. La situation est plus complexe : les grands problèmes environnementaux qui pointent à la fin de la seconde moitié du xxe siècle sont des problèmes globaux ; il n’est pas toujours possible de les voir, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’existent pas. Nous entrons d’ailleurs justement dans cette phase où l’invisible devient visible. Il n’est plus possible de faire fi de la production des sciences, notamment des sciences dites de l’environnement, sans lesquelles nous sommes aveugles et ne comprenons rien à ce qui nous arrive ; sans elles, nous ne sommes plus des hommes debout.

Une clarification épistémologique est par ailleurs nécessaire. La production d’énoncés et la production d’objets ne peuvent pas être mises sur le même plan. Un énoncé est faux ou vraisemblable, dit comment évolue le monde. Un objet n’est en revanche ni vrai, ni faux, mais relève d’autres modalités de jugement. Seuls, à mes yeux, les collectifs de chercheurs qui établissent des énoncés ou des lois relèvent de la science ; je ne supporte plus qu’on parle de science lorsqu’un objet est produit dans un laboratoire. Un objet peut être produit avec une méthodologie mise au point par les sciences, mais il n’a pas à s’imposer comme vrai ou faux. Il sera léger, esthétique, coûteux, dangereux, etc., mais ni vrai, ni faux. Pour les organismes génétiquement modifiés (Ogm) par exemple, la biologie moléculaire aura son mot à dire, mais aussi l’écologie, la métaphysique, l’économie et, évidemment, les citoyens. Quand nous produisons un organisme génétiquement modifié, nous mettons à disposition, sur un marché, un objet qui doit pouvoir être discuté. L’appropriation de la science par le marché se fait au prix d’une grande confusion : le patron de Monsanto présente ses produits comme science-based… La science doit être publiquement financée et produire des énoncés, même si ceux-ci peuvent être, sur un autre plan, utilisés pour produire des objets. Les policiers et les criminels ont les mêmes armes, mais n’en font pas le même usage. La « science », telle que le néolibéralisme nous l’a imposée, doit être récusée.

Les énoncés scientifiques disent enfin ce qui nous attend : si nous atteignons a, nous aurons très probablement b. L’étude de Météo France, parue en juillet dans une revue internationale, a dit aux Français à quelle hausse de température on pouvait s’attendre, avec des pointes à 55 °C dans l’est de la France, soit la température d’un désert, et 40 °C de manière fréquente, si la température moyenne sur Terre augmente de plus de 3,7 °C à la fin du siècle8. C’est un changement radical du climat pour les Français : une partie du territoire devient, dans certaines circonstances, invivable. Avec la même valeur moyenne à la fin du siècle à l’échelle planétaire, dans la péninsule arabique et l’arc indo-pakistanais, l’accumulation de chaleur et d’humidité sature les capacités de transpiration du corps humain et entraîne une mort rapide. Cette région du monde, dans laquelle vivent aujourd’hui un milliard et demi d’êtres humains, ne serait plus habitable9. Les énoncés scientifiques nous disent alors ce que nous ne sommes pas capables de voir, en faisant le lien entre les expériences de pics de température que nous éprouvons bel et bien et ce qui pourrait arriver. Sans cela, les citoyens sont comme des chiens aveugles dans une cour d’immeuble. Pour arriver à ce que voulait Gorz, nous ne pouvons plus nous en tenir à sa distinction entre l’expertise et le monde vécu. Les énoncés scientifiques fonctionnent comme des prothèses sensorielles sans lesquelles notre vécu ne tient pas.

Plusieurs années après votre ouvrage avec Kerry Whiteside, Vers une démocratie écologique10, vous portez le projet d’une Chambre du futur qui s’inscrirait dans le processus législatif. Comment définiriez-vous aujourd’hui les relations entre démocratie et écologie ?

Il existe toute une littérature internationale qui porte sur la manière d’introduire des changements institutionnels afin d’intégrer un droit des générations futures. Comme pour le développement durable, il faut arrêter de parler de générations futures et au moins parler des générations présentes et des suivantes. Nous allons tous pâtir du changement climatique. La politique doit aujourd’hui se saisir du long terme, qui n’est pas en soi politique – il s’agit des grands paramètres biophysiques, qui concernent des milliers, voire des millions d’années. Les sciences du climat nous disent qu’en portant atteinte à tel paramètre physique, tel scénario surviendra. La question politique est de savoir comment ne pas atteindre un scénario donné, ou ce qu’il faut faire si tel scénario risque fortement d’advenir. Je ne suis pas d’accord avec l’idée de Bruno Latour selon laquelle le climat est politique. Certes, nous influons sur les mécanismes climatiques, et c’est le propre de l’anthropocène, mais ces derniers n’ont pas changé pour autant de nature et continueront à s’exercer après la disparition du genre humain.

Nous ne sommes pas capables de voir spontanément ce qui nous arrive, et Pierre Rosanvallon a raison lorsqu’il estime que nos démocraties sont myopes11. Elles n’agissent qu’à la marge, de manière contradictoire. Nous avons besoin de les épauler, d’introduire dans la prise de décision publique des institutions qui fassent contrepoids. Avec d’autres, nous proposons un Haut Conseil où se ferait le monitoring des connaissances sur les limites planétaires12. Il est important qu’il n’y ait pas que des sciences naturelles et que l’on prenne en compte les sciences sociales. Ce Haut Conseil traiterait des énoncés, qui relèvent de la science et de la réflexion, et serait bien distinct d’une Chambre où le citoyen décide. La Chambre que nous proposons suivrait les débats parlementaires et pourrait agir de trois manières, graduelles : lancer une alerte lorsqu’un projet de loi semble en contradiction avec les enjeux de long terme ; contraindre le Parlement à rediscuter un projet de loi avant promulgation ; saisir le Conseil constitutionnel. Tout cela suppose d’introduire notamment dans l’article 1 de la Constitution le principe du respect des limites planétaires – et non du seul climat, ce qui serait le plus sûr moyen de susciter des actions nuisibles au système-Terre. Par ailleurs, une telle Chambre étudierait les expériences de la société civile, s’en inspirerait pour faire remonter des projets de loi au Parlement. Il s’agit d’associer l’expérience citoyenne et l’expertise scientifique. Cette Chambre serait formée de trois collèges : un collège constitué comme le Conseil économique, social et environnemental (Cese), mais sans représentants des organisations non gouvernementales environnementales, un collège constitué de citoyens tirés au sort et un collège constitué de membres de la société civile qualifiés quant au long terme (représentants d’associations environnementales et universitaires).

La seule légitimité de cette Chambre serait celle des problèmes et de la connaissance que nous en avons. Les députés peuvent s’opposer à des enjeux de long terme pour des raisons structurelles, parce qu’ils sont là pour agir au présent, pour dégager des compromis concernant des intérêts actuels. Quand bien même le lobbying serait encadré, il y aura toujours dans la société des forces qui défendront exclusivement des intérêts à très court terme. La chambre que nous proposons aurait au contraire une vision à long terme et ne serait pas composée d’élus cherchant à être réélus. De plus, cette chambre pourrait prendre appui sur la conscience environnementale des citoyens, du fait même que les difficultés environnementales deviennent sensibles. Ce qui lui donne sa légitimité, son autorité, est la visibilité montante des problèmes. Ses membres seraient les porte-parole de tout ce qui affecte le caractère habitable de la Terre (inondations, vagues de chaleur, cyclones, etc.). Le ministère de la Défense a su faire un plan pour anticiper la raréfaction des métaux nécessaires à la fabrication des armes ; il faut apprendre à faire de même dans tous les domaines, mais pour préserver la paix !

Note

  • 1.

    Bruno Latour, Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, Paris, La Découverte, 2017.

  • 2.

    Voir Éloi Laurent, Notre bonne fortune. Repenser la prospérité, Paris, Puf, 2017.

  • 3.

    Voir Christian Arnsperger et Dominique Bourg, Écologie intégrale. Pour une société permacirculaire, Paris, Puf, 2017.

  • 4.

    Voir Johan Rockström et al., “A Safe Operating Space for Humanity”, Nature, 24 septembre 2009, vol. 461, no 7263, p. 472-475 ; J. Rockström et al., “Planetary Boundaries : Exploring the Safe Operating Space for Humanity”, Institute for Sustainable Solutions Publications, 1er janvier 2009, vol. 14, no 2, p. 32 ; analyse mise à jour par Will Steffen et al., “Planetary Boundaries : Guiding Human Development on a Changing Planet”, Science, vol. 347, no 6223, 13 février 2015.

  • 5.

    Deborah Hardoon, “An Economy for the 99%”, Oxfam Briefing Paper, janvier 2017.

  • 6.

    Adrian E. Raftery et al., “Less than 2 °C Warming by 2100 Unlikely”, Nature Climate Change, no 7, p. 637-641, 31 juillet 2017.

  • 7.

    André Gorz, « L’écologie politique entre expertocratie et autolimitation », Actuel Marx, no 12, 1992, repris dans A. Gorz, Écologica, Paris, Galilée, 2008, p. 43-69.

  • 8.

    Margot Bador et al., “Future Summer Mega-heatwave and Record-breaking Temperatures in a Warmer France Climate”, Environmental Research Letters, vol. 12, no 074025, 2017.

  • 9.

    Jeremy S. Pal et Elfatih A. B. Eltahir, “Future Temperature in Southwest Asia Projected to Exceed a Threshold for Human Adaptability”, Nature Climate Change, no 6, 2016, p. 197-200 ; Eun-Soon Im et al., “Deadly Heat Waves Projected in the Densely Populated Agricultural Regions of South Asia”, Science Advances, vol. 3, no 8, 2 août 2017.

  • 10.

    D. Bourg et Kerry Whiteside, Vers une démocratie écologique. Le citoyen, le savant et le politique, Paris, Seuil, 2010.

  • 11.

    Pierre Rosanvallon, « Le souci du long terme », dans D. Bourg et Alain Papaux (sous la dir. de), Vers une société sobre et désirable, Paris, Puf, 2010.

  • 12.

    Floran Augagneur et al., Inventer la démocratie du xxie siècle. L’Assemblée citoyenne du futur, présentation de D. Bourg, préface d’Audrey Pulvar, Paris, Les Liens qui libèrent/Fondation pour la nature et l’homme, 2017.

Source: https://esprit.presse.fr/article/dominique-bourg/les-limites-de-la-planete-entretien-avec-dominique-bourg-39831

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s